Leurs bactéries sont nos amies !

Dans l’esprit collectif les bactéries sont de vilaines petites choses dégoûtantes que nous devons éviter voir éliminer… Pourtant nombre de ces micro-organismes sont inoffensifs voir indispensables (pensez à votre flore intestinale que vous soignez avec toutes sorte de yaourts spéciaux…).

Les bactéries sélectionnées et utilisées par Kaexa font partie de la catégorie utile pour l’avenir. En effet, l’une des activités de cette jeune société, spécialiste des biotechnologies blanches, est d’utiliser des associations de bactéries dans le but de transformer des déchets agro-alimentaires en produits d’intérêt industriel.

Plus précisément, chaque filière agricole génère des déchets qui lui sont propre. Par exemple la filière fromagère génère du lactosérum (lors de la transformation du lait en formage), un polluant majeur dont la prise en charge classique est très coûteuse pour le producteur.

La solution proposée par Kaexa est de récupérer ces déchets gratuitement et de les transformer en acides, appelés bioblocks, qui présentent un intérêt pour l’industrie cosmétique, pharmaceutique ou chimique. Ainsi le but est de créer un circuit court où des déchets abondants sont utilisés comme matière première pour produire des molécules à haute valeur ajoutée. Cette méthode est intéressante pour le producteur car le traitement de ses déchets devient moins onéreux, pour l’industriel qui achète des acides propres et moins chers que ceux issus de la pétrochimie et pour l’envirokaexannement !! C’est donc gagnant, gagnant, gagnant, si une telle formule existe !

Cette jeune pousse, créée il y a deux ans, a également initié l’adaptation de leur bio-procédé à la filière vinicole qui, vu son importance en France, produit de grandes quantités de déchets organiques avec obligation de les traiter. L’un des objectifs étant encore une fois de changer quelque chose de coûteux en quelque chose qui rapporte et qui offre une vrai alternative propre.

Mais ce n’est pas tout ; Souvenez-vous que les déchets sont spécifiques de la filière, un seul procédé standard de transformation ne suffirait donc pas. Kaexa propose des solutions spécifiques à chaque type de déchets en associant précisément différentes souches de bactéries, adaptées à chaque cas !

« Plutôt que le mot déchets je préfère le terme coproduits car ils sont valorisables  » nous a confié Abdelkader GUELLIL le directeur de Kaexa qui fait de la valorisation des polluants organiques, son objectif prioritaire. C’est dans cette optique que la société incubée à SupAgro INRA entre en levée de fond à la rentrée, afin de passer à la preuve de concept pour l’industrialisation du procédé.

Vous savez maintenant que l’un de nos mots d’ordre est « zéro déchets », nous leur souhaitons donc une belle réussite !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s